Accueil

Toutes les nouvelles

Photos

Téléchargement

Liens

CROA

 

Admin

Les grands personnages

Les animaux dans l'espace
Le plus célèbre des premiers aventuriers de l'espace est sans doute la chienne Laïka, envoyée en orbite en 1957. Les soviétiques avaient choisi cette petite chienne afin d'étudier les effets de l'accélération et de l'apesanteur sur le système cardio-vasculaire. Comme il était à l'époque impossible de la ramener sur terre, elle est morte quelques heures après le lancement. Trois ans plus tard, en 1960, l'URSS réussit à faire revenir deux chiennes vivantes de l'orbite terrestre. Le premier voyage historique pour les américains a lieu en 1961. Le chimpanzé n° 65 (baptisé Ham après le succès de cette mission), après un vol plus que mouvementé, sort sain et sauf de sa capsule. Il devient ainsi une figure de l'exploration spatiale devant Alan Shepard. Hé oui, l'homme descend du singe !

Neil ARMSTRONG (1930-2012)
Le premier homme sur la Lune passa environ 2 heures et 30 minutes à arpenter la mer de la Tranquillité suivi par son compatriote Edwin Aldrin. De retour sur Terre, Neil Armstrong fut acclamé et reçut les honneurs du monde entier. Rapidement las de cette célébrité, il chercha à mener une vie discrète entre enseignements et activités spatiales. A 16 ans, il passa son brevet de pilote, puis, commença des études d'ingénierie aéronautique. En 1950, il partit faire la guerre en Corée, où il effectua 78 missions de combat en tant que pilote. En 1955, il rejoignit l'ancêtre de la NASA, vola sur différents types d'aéronefs et en en 1962, fut retenu comme astronaute. Lors du premier vol spatial en 1966, où il réalisa le premier amarrage sur orbite, un incident se produisit. L'équipage dut son salut au sang-froid d'Armstrong, qui fut alors choisi pour commander Apollo 11. Le 16 janvier 1969, le vaisseau décolla pour une mission historique. 4 jours jours plus tard, l'Aigle se posa.


L'astronomie musulmane
Le renouveau de la discipline se produisit avec la conquête islamique. Pour naviguer sur mer mais aussi s’orienter dans le désert, les civilisations arabes avaient besoin de données précises. Dérivée de l'astronomie indienne, l'astronomie arabe sut tirer parti d'un système de numération perfectionné. Chez les conquérants, les plus grands savants étaient souvent Astronomes de cour, mathématiciens ou médecins. Les avancées arabes concernent surtout l’astrométrie : on effectua des observations précises du ciel (dans un but essentiellement astrologique, même si l’islam voyait d'un mauvais œil les tentatives de prédire l'avenir, et interdisait la pratique de l’astrologie) et l'on dressa un nouveau catalogue d'étoiles, dont les noms ont finalement supplanté leurs prédécesseurs et sont toujours en usage : « Aldébaran », « Rigel », « Deneb », « Bételgeuse », etc. On perfectionna également les instruments d'observation comme l’astrolabe. À partir du IXe siècle, l'astronomie devient florissante, en contraste avec le déclin occidental. L’astronome persan al-Farghani (805–880) écrit sur le mouvement des corps célestes. Il effectue une série d'observations qui lui permettent de calculer l'obliquité de l'écliptique. Al-Kindi (801–873), philosophe et scientifique encyclopédique, écrit 16 ouvrages d'astronomie. Parmi les autres astronomes significatifs, citons :
* Al-Battani (855–923), astronome et mathématicien ;
* Al-Hasib Al Misri (850–930), mathématicien égyptien ;
* Rhazès (864–930), médecin iranien ;
* Al-Farabi (872–950), grand philosophe et scientifique ;
* En Perse, Omar Khayyam (1048–1131), qui compile une série de tables et réforme le calendrier ;
* Al-Biruni, (973–1048), mathématicien, astronome, encyclopédiste, etc. ;
* al-Kashi (1380–1429), en Iran et Ouzbékistan actuels ;
* et encore citer al-Maghribi[Lequel ?], Al-Sufi.
Dès la fin du Xe siècle, un grand observatoire est construit près de Téhéran par l'astronome Al-Khujandi.

Tycho BRAHE (1546-1601)
Tycho Brahe était étudiant à l'université de Wittenberg (Allemagne). Il passa sa jeunesse à voyager, ce qui lui permit de rencontrer des astronomes allemands. Il conçut des instruments très précis (sextants, sphères armillaires, compas...) Le roi Frédéric II devint son mécène pour construire l'observatoire d'Uraniborg vers les années 1580. Il remit en cause les enseignements d'Aristote avec ses observations sur les comètes. Il se lia d'amitié avec Johannes Kepler, qu'il rencontre peu de temps avant sa mort.


Giordano BRUNO (1548-1600)
Il était moine (d'obédience dominicaine) au couvent de Naples, il devint docteur en théologie et quitta son ordre en 1576 à la suite de deux procès. Il défendit des idées révolutionnaires, notamment en cosmologie qui lui valurent quelques soucis avec l'Inquisition. Pour lui, l'univers n'est pas une sphère. Jugé et torturé, il fut brûlé vif pour hérésie 8 ans plus tard, sur le Campo dei Fiori à Rome.


Nicolas COPERNIC (1473-1543)
Vers 1514, il publia son premier écrit dans lequel il affirme que la Terre se déplace et que le Soleil est immobile. Les idées coperniciennes séduisirent Rheticus, titulaire d'une chaire d'astronomie à l'université de Wittenberg (Allemagne). Il devient le disciple de Copernic en 1539.


Camille FLAMMARION (1842-1925)
Autodidacte passionné par les sciences, il eut toujours à cœur de transmettre son savoir en faisant rêver ses lecteurs, sans leur donner de formules mathématiques. Lui-même s'était pris à rêver d'observations quand il entra à l'observatoire de Paris à l'âge de 15 ans. Mais son directeur, Urbain le Verrier, qui avait découvert Neptune par le calcul, ne jurait que par les mathématiques. Très vite, les deux hommes entrèrent en conflit. Flammarion devint alors journaliste scientifique. Il fonda l'observatoire de Juvisy (Essonne). En même que que l'astronomie, il s'intéressa aux phénomènes paranormaux et a rédigé de nombreuses publications sur le spiritisme.


GALILEE (1564-1642)
Il défendit avec vigueur le principe de vérification des hypothèses par l'expérience. En 1609, il fut le premier à observer le ciel à l'aide d'un instrument, la lunette, qu'il n'avait pas inventé, mais amélioré. Il valida, par ses observations, les théories coperniciennes, ce qui déplut à l'Eglise. Elle fit alors traduire Galilée devant le tribunal de l'Inquisition. Galilée, reconnu coupable dut renier publiquement ses convictions scientifiques en 1633. Jusqu'à sa mort, il fut placé en résidence surveillée. "Et pourtant, elle tourne..."


Stephen HAWKING (né en 1942)
Dans les années 1970, il fut l'un des premiers à tenter d'unifier les deux grandes théories de la physique, celle de l'infiniment grand, la relativité générale et celle de l'infiniment petit, la théorie quantique, ce qui permit de faire progresser la science des trous noirs. Il démontra que ceux-ci rayonnent.


William HERSCHEL (1738-1822)
Il commença une carrière de musicien en Allemagne puis s'orienta très vite vers les sciences. Il entreprit de fabriquer un instrument astronomique. Il découvrit ainsi Uranus en 1781. Puis distingua Titania et Obéron puis deux satellites de Saturne, Minas et Encelade. Il repéra ensuite quelques 75 millions d'étoiles dans la Voie Lactée et établit un catalogue de 2500 nébuleuses.


HIPPARQUE (IIè siècle av. JC)
Il fut le premier à utiliser des tables trigonométriques pour proposer des modèles précis des mouvements du Soleil et de la Lune. Il découvrit la précession des équinoxes, établit un premier catalogue d'étoiles (850 objets répertoriés)


Edwin HUBBLE (1889-1953)
Il occupa différents postes dans l'enseignement avant de se voir offrir un poste dans le tout nouvel observatoire du mont Wilson en Californie. Le télescope présente dans cet endroit lui permet de faire des découvertes majeures sur l'origine de l'univers. Il mit au point une théorie sur le mouvement de fuite des galaxies, loi qui porte aujourd'hui son nom. Il conclut également que l'univers était en expansion.


Christiaan HUYGENS (1629-1695)
Baigné très tôt dans le milieu scientifique, il se tourna vers l'astronomie et fabriqua un instrument avec lequel il détecta Titan et découvrit que Saturne était entourée d'anneaux. Huygens est également connu pour ses travaux sur la force centrifuge. Sa réputation le précéda partout en Europe, et Louis XIV le gratifia d'une pension très élevée. Ses travaux contribuèrent à la révolution scientifique.


Johannes KEPLER (1571-1630)
Ce fut un adepte des théories coperniciennes. Pour affûter ses théories, il se servit des travaux de Tycho Brahe. Ce dernier demanda à Kepler d'expliquer l'étonnante trajectoire de Mars. Kepler rédigea alors ses fameuses lois. Il soutint Galilée et vulgarisa les idées coperniciennes.


Isaac NEWTON (1642-1727)
A 24 ans, il inventa le calcul infinitésimal et fit de grandes découvertes sur la nature de la lumière. Sa célèbre pomme fut la base de la théorie de la gravitation universelle. L'astronome Halley l'incita à publier ses découvertes. Avec sa théorie, il décrivit le mouvement des planètes, des comètes et le phénomène des marées.


Claude PTOLEMEE (IIè siècle ap JC)
Il contribua à l'essor de l'astronomie dans l'antiquité. Le système qu'il a décrit plaçait la Terre au centre du monde. Bien que ses découvertes comportèrent (apparemment !!) quelques erreurs, il a laissé une œuvre remarquable. Il a catalogué les 48 constellations connues à son époque.


Les quatre pionniers de la fusée spatiale
Trait d'union entre les inspirateurs et les ingénieurs, les quatre grands pionniers de l'astronautique surgissent au début du xxe siècle : le Russe Constantin Edouardovitch Tsiolkovski (1857-1935), l'Américain Robert Hutchings Goddard (1882-1945), le Germano-Roumain Hermann Oberth (1894-1989) et le Français Robert Esnault-Pelterie (1881-1957) vont poser les bases théoriques de l'astronautique. C'est grâce à eux que la conquête de l'espace va véritablement prendre son essor. Alors qu'il est instituteur à Kalouga, Tsiolkovski publie en 1883 un ouvrage, L'Espace libre, dans lequel il propose d'utiliser la propulsion par réaction pour les vols dans l'espace. Mais c'est son ouvrage de 1903, L'Exploration de l'espace cosmique à l'aide d'engins à réaction, qui va faire autorité. Il est le premier à comprendre et à mettre en équation le fonctionnement de la fusée. Tsiolkovski s'intéresse à la propulsion à liquides et préconise, plus de cinquante ans avant son avènement, l'utilisation de l'hydrogène et de l'oxygène liquides. Il établit la théorie des fusées à étages. Il est aussi le premier à décrire ce que pourraient être des satellites artificiels et des stations spatiales circumterrestres. Il est considéré, à juste titre, comme le « père de l'astronautique ». Comme celle d'Oberth, son activité restera essentiellement théorique, au contraire de Goddard et d'Esnault-Pelterie, à la fois théoriciens et réalisateurs de fusées ou de composants. L'Américain Goddard s'intéresse dès 1899 à la navigation spatiale. Dès 1907, il envisage la propulsion nucléaire pour les voyages interplanétaires ; en 1911, il montre, lui aussi, que l'hydrogène et l'oxygène sont les meilleurs ergols pour la propulsion. Il se lance alors dans la conception théorique des fusées. En 1914, il dépose des brevets concernant certains sous-ensembles : tuyères, chambres de combustion, systèmes d'alimentation en ergols. Toutefois, à cette époque, les expérimentations qu'il effectue concernent essentiellement les fusées à poudre.

Dernière modification le : 15/04/2013 @ 19:39
Catégorie : Aucune

Infos !

Atelier le 15 décembre 2017

Marathon de Messier dans la nuit du 17 au 18 mars 2018

Nuit des Etoiles le 4 août 2018

R44 le 15 septembre 2018