Accueil

Toutes les nouvelles

Photos

Téléchargement

Liens

CROA

 

Admin

Les grands événements

L'apparition de la vie sur Terre
Peu après la formation de la Terre, il y a 4,5 milliards d'années, tous les éléments chimiques étaient en place pour que s'enclenche un extraordinaire processus : la vie. Très vite sont apparues les premières molécules organiques, capables de se reproduire et d'évoluer, très lentement, pendant des milliards d'années, vers la vie intelligente. Les stromatolites sont des micro-organismes provenant de dépôts en eaux peu profondes et vieux de 3,5 milliards d'années. Mais la vie est sans doute apparue avant il y a 4 milliards d'années et dans l'eau. Les premières bactéries sont peut-être venues directement de la planète Mars.

Le big bang
Le Big Bang est un modèle cosmologique utilisé par les scientifiques pour décrire l'origine et l'évolution de l'univers. Il a été initialement proposé en 1927 par le chanoine catholique belge Georges Lemaître, qui décrivait dans les grandes lignes l’expansion de l’Univers, avant que celle-ci soit mise en évidence par Edwin Hubble en 1929. Ce modèle a été désigné pour la première fois sous le terme ironique de « Big Bang » lors d’une émission de la BBC, The Nature of Things (littéralement « La nature des choses » - dont le texte fut publié en 1950), par le physicien anglais Fred Hoyle, qui lui-même préférait les modèles d'état stationnaire. De façon générale, le terme « Big Bang » est associé à toutes les théories qui décrivent notre Univers comme issu d'une dilatation rapide qui fait penser (abusivement à une explosion, et est également le nom associé à cette époque dense et chaude qu’a connu l’Univers il y a 13,7 milliards d’années « avec une marge d'erreur de 1 % » sans que cela préjuge de l’existence d’un « instant initial » ou d’un commencement à son histoire. Le concept général du Big Bang, à savoir que l’Univers est en expansion et a été plus dense et plus chaud par le passé, doit sans doute être attribué au russe Alexandre Friedmann, qui l'avait proposé en 1922, cinq ans avant Lemaître. Son assise ne fut cependant établie qu’en 1965 avec la découverte du fond diffus cosmologique, l'« éclat disparu de la formation des mondes », selon les termes de Georges Lemaître, qui attesta de façon définitive la réalité de l’époque dense et chaude de l’Univers primordial. Notons au passage qu'Albert Einstein, en mettant au point la relativité générale, aurait pu déduire l'expansion de l'Univers, mais a préféré modifier ses équations en y ajoutant sa constante cosmologique, car il était persuadé que l'Univers devait être statique. Le terme de « Big Bang chaud » (« Hot Big Bang ») était parfois utilisé au début pour indiquer que, selon ce modèle, l’Univers était plus chaud quand il était plus dense. Le qualificatif de « chaud » était ajouté par souci de précision, car le fait que l’on puisse associer une notion de température à l’Univers dans son ensemble n’était pas encore bien compris au moment où le modèle a été proposé, au milieu du XXe siècle.

La comète Shoemaker-Levy 9 percute Jupiter (1994)
Shoemaker-Levy 9 (officiellement désignée par D/1993 F2) est une comète qui s'est disloquée lors de son approche avec la planète Jupiter puis est entrée en collision avec elle au mois de juillet 1994. Elle a fourni la première observation directe d'une collision hors de la Terre avec des objets du Système solaire. Celle-ci a généré une grande couverture médiatique et la comète a été observée de près par des astronomes du monde entier. La collision a apporté de nouvelles informations à propos de Jupiter et a souligné son rôle dans la réduction des débris spatiaux au sein du Système solaire. La comète est la 9e découverte par les astronomes Carolyn et Eugene M. Shoemaker, David Levy et le français Philippe Bendjoya. Peu avant sa capture par l'orbite de Jupiter, la comète est repérée dans la nuit du 24 mars 1993, sur une photographie prise avec le télescope Schmidt de 40 cm de l'Observatoire du Mont Palomar en Californie. Elle est la première comète observée en orbite autour d'une planète et elle avait probablement déjà été capturée par la planète entre 20 et 30 ans plus tôt. Les calculs ont montré que la forme fragmentée inhabituelle de la comète est liée à une précédente approche à proximité de Jupiter en juillet 1992. À cette période, l'orbite de la comète Shoemaker-Levy 9 croise la limite de Roche de Jupiter et les forces de marée de Jupiter agissent pour séparer la comète en différents morceaux. Par la suite elle est observée comme une série de fragments allant jusqu'à 2 km de diamètre. Ces fragments entrent en collision avec l'hémisphère sud de Jupiter entre le 16 et le 22 juillet 1994 à une vitesse d'environ 60 km/s. Lors de cet évènement, les importantes cicatrices que laissent les impacts des fragments sont plus visibles que la célèbre grande tache rouge et persistent pendant plusieurs mois.

L'explosion de SN1987A (Sanduleak) (23 février 1987)
SN 1987A est le nom d'une supernova du Grand Nuage de Magellan, une galaxie naine proche de la Voie lactée visible depuis l'hémisphère sud. Les premières observations du phénomène ont été faites quelques heures à peine après que son éclat eut atteint la Terre, dans la nuit du 23 février 1987 par plusieurs astronomes amateurs et professionnels d'Amérique du Sud, Australie et Nouvelle-Zélande. SN 1987A s'avère être la première explosion de supernova observée à l'œil nu durant le XXe siècle, avec des conditions d'observations quasi-optimales. Elle a permis de confirmer les principes généraux régissant ce phénomène, ébauchés plus d'un demi-siècle plus tôt. Elle a pu être observée en continu par une batterie d'instruments terrestres ou spatiaux opérant dans à peu près tous les domaines exploitables du rayonnement électromagnétique, ainsi que par des détecteurs de neutrinos. C'est aussi la première explosion de supernova dont le progéniteur était connu avant l'explosion. Pour toutes ces raisons, cette supernova est un des objets les plus importants et notables de l'astronomie moderne. Le phénomène proprement dit s'est produit dans le Grand Nuage de Magellan à une distance estimée à environ 51,4 kiloparsecs de la Terre, ce qui en fait la supernova la plus proche observée depuis SN 1604, qui avait eu lieu dans notre Voie lactée elle-même. Sa luminosité a atteint son maximum en mai 1987, avec une magnitude apparente aux alentours de +3 ; elle a ensuite décliné dans les mois suivants. Ce fut la première occasion pour les astronomes modernes d'observer une supernova aussi proche depuis l'invention du télescope. 51,4 kiloparsecs représentant environ 168 000 années-lumière, l'évènement cosmique en lui-même s'est en fait produit il y a 168 000 ans. Sanduleak -69° 202, l'étoile à partir de laquelle la supernova s'est formée, était une supergéante bleue ayant une masse initiale d'environ 20 masses solaires. Le fait qu'il s'agisse d'une supergéante bleue et non rouge fut une surprise car l'on considérait alors que seules les étoiles au stade de supergéantes rouges finissaient en supernovas. Certaines autres caractéristiques font de la supernova une explosion légèrement atypique. Plus de 20 ans après son explosion, le rémanent de la supernova reste l'objet d'observations intensives car il s'agit du plus jeune rémanent connu. La recherche du résidu compact (trou noir ou plus probablement étoile à neutrons) laissé par l'explosion a pour l'instant échoué, mais demeure également active.

Le tour de Terre de Youri Gagarine (12 avril 1961)
Le premier homme dans l'espace y est resté 108 minutes, le temps d'une révolution autour de la Terre. La capsule Vostok décolle de Baïkonour le 12 avril 1961. Gagarine a été soigneusement sélectionné et a subi un entraînement intensif. On doit toute cette mission et sa réussite à un seul homme, Sergueï Korolev. Gagarine meurt tragiquement, après avoir été un héros national, en 1968, à 34 ans, dans un accident d'avion lors d'un entraînement militaire.

Dernière modification le : 27/01/2013 @ 11:07
Catégorie : Aucune

Infos !

Le club vous souhaite un bel été 2017 et vous donne rendez-vous en septembre.